Le cortège du Graal et la sainte Cène - 2

Dans la même section


Hypothèses

Premières aventures de Gauvain

La lance qui saigne

Le chêne

Le nautonier et la cour du Roi

Chrétien de Troyes -2

Perceval et la vision intérieure

Le fils de Caïn

Dans l’article sur le château du Graal, nous avons vu que l’attention du lecteur était attirée sur la notion de l’homme-microcosme. Non pas sur le fait que l’homme soit un microcosme, mais sur le fait qu’il soit au coeur d’un microcosme, l’homme originel déchu, symbolisé par le roi pécheur dans le château du Graal.
En réalité, les images et les métaphores employées dans le conte du Graal s’adressent principalement à votre microcosme.
 

Chaque microcosme possède trois états de conscience. Il est d’abord conscient en tant qu’unité, en tant que système. Nous pouvons alors parler de "conscience cosmique". Il possède ensuite une conscience de la personnalité qui a pris corps en lui. Et il possède troisièmement ce que l’on appelle le "subconscient" dans lequel sont enregistrées toutes les expériences de la conscience cosmique et de la personnalité. Attention cependant à ne pas confondre conscience cosmique et conscience spirituelle. Vous possédez une personnalité impie, preuve d’une conscience cosmique impie, car la personnalité est façonnée par la conscience cosmique. Ces différentes consciences du microcosme sont donc des états substantiels purement naturels.
Les choses sont à voir ainsi : votre conscience cosmique correspond à votre sphère d’existence tout entière. Cette conscience absorbe de la substance primordiale, du prâna, et la transmue. Il se produit alors dans la sphère d’existence un résultat : la formation de la personnalité, nantie d’une conscience qui lui est propre. Le résultat de ces deux opérations s’enregistre finalement dans le subconscient. [1]
Il faut ajouter que ce subconscient sert en second lieu de miroir grâce auquel la conscience comique se fait connaître à la conscience de la personnalité.
 
Le processus que les mystères Chrétiens illustrèrent par la sainte Cène et que Chrétien de Troyes décrivit au travers du cortège du Graal, vise, en premier lieu à amener le subconscient, situé dans le plexus sacré, à un état tout nouveau. Un plexus solaire ainsi changé représente en effet la porte du renouvellement de tout le microcosme.
Au cours de ce processus, la personnalité du candidat est amenée à un état qui permet de commencer réellement le processus de la transmutation, d’ériger une nouvelle personnalité qui pourra, le moment venu, prendre sur elle le travail de l’ancienne (au sujet de cette nouvelle personnalité, voir l’article sur Gauvain).
 
Pour que la lumière de la gnose puisse se réfléchir dans le miroir du subconscient, il faut premièrement que le système microcosmique puisse en avoir un tant soit peu la capacité. Deuxièmement, il faut que le comportement du candidat soit de nature à susciter ce pouvoir réflecteur. Dans son prologue, Chrétien donne des indications sur ce comportement : le Sacrifice de soi, l’abnégation poussée au point où "La main gauche ne sait plus ce que fait la main droite" peut grandement favoriser ce processus. Et à un moment donné, un rayon d’or de la lumière panique originelle pourra pénétrer jusqu’au miroir du subconscient, dont le siège est dans le plexus sacré, à la base du système spinal du feu spirituel.
Cette colonne du feu spinal est représentée par la lance blanche, en tête du cortège du Graal. De la pointe de la lance, d’un point d’attouchement particulier dans la tête, le sang du christ - la lumière pranique - pénètre dans le système et s’écoule tout le long du manche de la lance. La force de la gnose descend effectivement le long du canal central, dans le cordon sympathique droit.
En queue du cortège, on trouve le tailloir d’argent, le miroir du Subconscient.
Le cortège est encadré par deux chandeliers à 10 bougies, symboles de l’activité de l’Esprit-Saint.
Au centre du cortège, le Graal.
 
Ce processus que nous appelons la sainte Cène est caractérisé par sept aspects, sept actes posés par le candidat entraînant sept descentes de force.
Le premier acte libérateur a pour but de soustraire la personnalité dialectique à l’emprise des forces naturelles qui l’environnent de toutes parts. Ces influences sont réduites à un minimum, de telle sorte que le fonctionnement biologique de la personnalité demeure cependant possible.
Les trois descentes de force suivantes ont pour tâche de façonner le Saint Graal. Le Graal oriente l’attention sur la réalisation de l’unité tête-coeur, grâce à laquelle la Lumière pranique originelle peut être retenue dans le système de la personnalité. Celle-ci est, de ce fait, en mesure d’oeuvrer avec une force qui n’est pas de ce monde.
Les 3 aspects suivants concernent le renouvellement de la personnalité entière grâce à la force contenue dans le Graal : le renouvellement des fonctions assimilatrices, le renouvellement du sang et le renouvellement des forces créatrices.
 

Notes :

[1] L’actualisation de l’astrologie que des auteurs tels que Dane Rudhyar ont promulguée, redécouvre en quelque sorte ces différentes consciences et les met en évidence dans le thème astrologique, qui correspondrait à la conscience cosmique. L’astrologie humaniste qui en découle, et qui a pour but de favoriser le développement de la personnalité pour la faire tendre vers la conscience cosmique n’a en revanche qu’un intérêt très limité pour celui qui envisage la libération.


contactez-moi | Plan du site | ©2006-2007 Yoann LAMY