Philippe Walter - Perceval : le pêcheur et le Graal - editions IMAGO

Dans la même section


Graal et Wisigoths

Beatus de Géronnes

Jean Marx : La légende arthurienne et le Graal

Une autre source

Jean MARKALE : Le Graal

Joseph J. Duggan : The romances of Chretien de Troyes

Paulette Duval : la pensée alchimique et le conte du Graal

Une nébuleuse de textes

Après Markale, encore un ouvrage de la lignée celtisante. Le principal intérrêt du livre est de faire le lien avec le fameux mythe de l’hyperborée, que l’on retrouvera très fortement marqué chez les auteurs de la mouvance "traditionnelle".

Biographie :
Philippe Walter est professeur de littérature française du Moyen Age et directeur du centre de recherches sur l’imaginaire à l’université de Grenoble III. Il a publié aux éditions IMAGO Merlin ou le savoir du monde (2000), Arthur, l’ours et le roi (2002) et Mythologie chrétienne, fêtes, rites et mythes du moyen age (2003). Il a dirigé l’édition des romans en prose du Graal et a participé à l’édition des œuvres complètes de Chrétien de Troyes dans la bibliothèque de la Pléiade (Gallimard).

Chapitre 1 - p.11 :Une nébuleuse de romans différents
"Il existe plusieurs romans du Graal, écrits aux XIIème et XIIIème siècle par des auteurs distincts témoignant d’intentions littéraires différentes." (...) "Celui de Robert de Boron n’est pas celui de Chrétien ni celui du roman en prose, celui de Wolfram n’est pas celui des Continuations du conte du Graal. On ne peut impunément confondre tous ces textes et expliquer tous les graals en un seul."

Chapitre 2 - p. 52 - 53 : Un roman d’éducation
La thèse qui veut que le roman du Graal, dédié à Philippe d’Alsace, parrain et précepteur du jeune roi Philippe Auguste soit un roman d’éducation - un "miroir du prince" - destiné au dauphin, est certainement fausse.
- Ce concept de roman d’éducation n’existe pas encore au XIIème siècle,
- Les instructeurs de Perceval échouent.
Il s’agit plutôt d’un roman d’initiation :
- initiation au château du Graal,
- initiation lors de la vision des trois gouttes de sang sur la neige,
- initiation finale lorsque le prêtre lui révèle les noms secrets de Dieu.

Chapitre 3 - p. 63-64 : Le conte du roi des poissons
On notera que les tentatives de P. Walter pour effectuer un rapprochement entre le conte du Graal et le conte du roi des poissons sont très maladroites, trop rapides et généralement très approximatives.
Mettre à équivalence le combat de Perceval contre 2 adversaires pour délivrer Blanchefleur et le combat du fils du roi des poissons contre 3 adversaire entraîne une association erronée des symboles :
Le combat de Perceval correspond à la libération du sanctuaire du cœur des deux autres sanctuaires, tandis que le triple combat du fils du roi représente le combat contre l’être aural, la triple tentation dans le désert.

p.103 : la parole
Importance de la parole : le conseils majeurs sont :
toujours demander le nom et ne pas trop parler.
Grande importance de la parole intempestive ou économique. Importance de la voie interrogative.

Chapitre 6 - p.131-132 : sur l’hyperborée

- C’est un lieu mythique, la limite supérieure avant la mer (vraissemblablement l’équivalent de ce que jan van rijckenborg désigne sous le nome de "champ de la tête d’or").
- Apollon y séjourne avant de descendre à Delphe et il y retourne régulièrement.
- Pour y aller : il faut passer chez les issédons, puis chez les arimaspes qui n’ont qu’un œil puis chez les griffons gardiens de l’or et au delà, c’est l’hyperborée.

p.136 : pourquoi le nord est le lieu de l’initiation
"Le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest. Donc pendant la nuit, il suit un trajet cosmique souterrain qui le fait passer au nord avant de le ramener à l’est. Le nord est le lieu où passe le soleil pendant la nuit, lorsqu’il est descendu sous terre. Il est en définitive le lieu secret où le soleil reprend son énergie et sa force avant de renaître plus puissant le lendemain."
"l’or est le symbole de la puissance divine primordiale de la lumière".

p.138 - p.139 : le mystère de la table ronde
"ces de la Table Ronde" : visiblement, même si Chrétien ne la commente pas, cette expression a une histoire secrète. Elle ne surgit pas par hasard des brumes de la société médiévale ou de la surface plane du premier roman Arthurien de Chrétien. L’expression a une histoire, mais cette histoire est complexe.
(...)
la célèbre liste des chevaliers de la table ronde dans Erec et Enide : 12 chevaliers font l’objet d’un classement hiérarchique et 20 autres sont simplement énumérés sans préséance particulière. Dans le premier groupe figurent en particulier : Arthur, Keu, Gauvain, Erec, Lancelot, Gornement de Gohor, le Beau Couard, le Laid Hardi, Meliant de Liz, Mauduit le Sage, Dodinel le sauvage et Gaudelut.

p.160 : les talismans royaux
"On ne peut pas dissocier les objets constituant le cortège du Graal. Il faut les considérer dans leur globalité. L’explication la plus probable sur leur éventuelle fonction commune conduit à les considérer comme des talismans royaux."

p. 192 : IKTUS
pour les chrétiens, le Christ est symbolisé par un poisson. Augustin l’explique ainsi : "en rapprochant les premières lettres des cinq mots grecs qui traduits signifient Jésus-Christ fils de Dieu sauveur (Iesus Kristus Theo Uios Soter), on aura IKTUS, poisson, nom qui exprime symboliquement le Christ. Car le Christ, dans l’abîme de cette mortalité semblable aux profondeurs des eaux a pu rester vivant, c’est à dire sans péché". Le symbole du poisson représente la nature sacrificielle du Christ.
Voir p. 193 le dessin de pierre tombale avec deux poissons face à face et le nom IKTUS
RQ : dans un rituel de la Rose-Croix sont mentionnés les 4 nourritures saintes avec les deux poisson : l’eau vive de l’âme, le pain de la lumière d’amour, le poisson qui symbolise cette offrande d’amour et le poisson qui veut et accompli dynamiquement cette offrande.

p. 194 : le saumon celte
le saumon celte, dieu de la connaissance = vieux de la mer des grecs = Protée.
Le roi pêcheur ne pêche pas par désœuvrement, il manifeste un art. Il est en outre assimilable à Protée. (Voir la fama fraternitatis qui parle justement des outils des Rose-Croix dont fait partie le Protée)

p. 226 - 227 : les noms sacrés de Dieu.
Perceval reçoit les noms sacrés de Dieu à la fin du Roman. "Ne peut on imaginer que l’épisode du Graal devait amener le héros à reconnaître l’un de ces noms ? Autrement dit, l’épisode du Graal tournerai aussi autour d’un ou plusieurs noms que le héros devait méditer".
Rq : le nom du Graal, c’est MANI

p. 223 : rappel sur la fonction du Graal
Le Graal de Chrétien de Troyes est destiné à un vieux roi qui ne se nourrit que de cette hostie
Cf. les personnes royales des noces de CRC avec justement un vieux roi qui symbolise l’état microcosmique actuel.

autre intervention de P. WALTER
coloque de l’université de grenoble III
« L’enfance de Gauvain : un horoscope mythique »
Entre toutes les figures du monde arthurien, Gauvain garde le souvenir d’une mythologie archaïque. L’histoire du neveu d’Arthur laisse entrevoir l’incrustation de quelques motifs mythiques très anciens. Par exemple, la mention de sa force physique proportionnelle à celle du soleil laisse penser que Gauvain est un héros « solaire ». Même J. Frappier assez réservé d’ordinaire en matière de mythologie parle du « privilège mythique de Gauvain ». Il est possible d’établir que le motif renvoie en réalité aux circonstances de la conception et de la naissance du personnage. En effet, les quelques textes relatifs à l’enfance de Gauvain présentent l’axe mythique du personnage. Ils permettent de mieux lire la trajectoire héroïque du neveu d’Arthur. Ils donnent l’horoscope mythique de Gauvai


contactez-moi | Plan du site | ©2006-2007 Yoann LAMY