Le symbole de l’orme

Dans la même section


Perceval et la vision intérieure

L’oie et le faucon

Gauvain

La dame au miroir

Hypothèses

Le cortège du Graal et la Sainte Cène.

Un roman de l’échec ?

Le cortège du Graal et la sainte Cène - 2

Avant d’affronter les épreuves du pays de Galvoie, Gauvain rencontre l’orgueilleuse de Logres, son initiatrice. Cette rencontre, comme bien d’autres au pays de Galvoie, à lieu au pied d’un arbre. Evidemment, il s’agit d’une rencontre intérieure. La dame représente une force très particulière, un pouvoir de l’âme nouvelle que le candidat libère dans sa conscience et son être tout entier. L’arbre, l’axe cérébro-spinal [1] nous donne la signature de l’état de conscience au moment de la rencontre.
 

Messire Gauvain passe un pont et entre au château, arrivé en haut, au point le plus fort de la place, il aperçoit en un pré sous un orme une pucelle qui mirait son visage, d’une blancheur de neige. Un étroit cercle d’or couronnait ses cheveux. Messire Gauvain met son cheval à l’amble et l’éperonne.
- Doucement, sire, lui crie-t-elle. Un peu de mesure !
 
L’orme est le bois le plus résistant, aussi bien au frottement qu’à l’eau. On l ’utilise traditionnellement pour toutes les parties du bateau touchant l’eau, ainsi que pour les outils des tonneaux, les charpentes, les joints de roues, vis de pressoir, arbres de roues de moulins, conduites d’eau.
 
Arbre de vie à la ténacité généreuse, à la capacité de reverdie spontanée, on lui attribue le pouvoir de soigner les plaies. Pour Ovide, du miel coule dans son tronc.
 
Mais en raison de son genre hermaphrodite, l’orme est aussi le symbole de l’hybride, du croisement. Arbre des carrefours, protecteur des frontières, il est l’arbre à la croisée du monde infernal et du monde terrestre, à la croisée du passé, du présent et du futur.
 
La place de l’orme à la fourche de la vie et de la mort, du bien et du mal, de la Vérité et du mensonge est capitale, plante intermédiaire, plante duelle, l’orme puise la force de son symbole comme arbre de la vie mais de son tronc naquit Hypnos et dans son feuillage nichent les songes.
 
L’orme veille éternellement à la croisée des temps, en attente permanente : est-ce la raison pour laquelle, en plaisantant, on dit à quelqu’un « attendez-moi sous l’orme », pour ainsi dire que l’on ne viendra pas au rendez-vous ?
 
Cet arbre est en tout cas bien assorti à l’orgueilleuse de Logres : la force qui attend depuis une éternité, source de la vie et de la régénération qui invite le candidat à passer la frontière du monde de l’illusion pour entrer dans le nouveau champs de vie.
 

JPEG - 30.3 ko
Kent Williams - tiré de la bande dessinée the fountain.
© 2006 D. Aronofsky & K. Williams - Emmanuel Proust

Notes :

[1] sur les aspects énergétiques du processus, voire aussi les articles sur la force à la base de l’arbre et le soleil et la lune


Forum

contactez-moi | Plan du site | ©2006-2007 Yoann LAMY