Le fil du rasoir

Dans la même section


Un avertissement sur le chemin

La racine et le surgeon

Qu’est-ce que l’initiation ?

Le Mystère du Sang (II)

Chrétien de Troyes

L’Epée du Graal

Wolfram von Eschenbach

Note d’intention

La perception claire du bien et du mal, le discernement, est une qualité essentielle pour qui veut parcourir la voie initiatique. Car celui qui marche sur cette voie marche sur le fil du rasoir.
 

Cet aspect est illustré dans les manuels d’initiation par les constants retournements auquel doit faire face le candidat. Ce qu’il prenait pour la lumière se change fréquemment en ténèbres et ce qu’il avait rejeté se révèle finalement la clef du salut.
Ainsi, dans "l’Ange à la fenêtre d’Occident" de Gustav Meyrink, le héros décide de réorganiser toute sa vie en fonction du fer de lance qu’il a découvert :
 
« Le coffret est "dans l’ordre", il est "orienté" ; mon bureau, ma chambre, toute mon existence, vont au hasard de-ci, de-là, ne correspondant pas à une orientation délibérée, et je n’en savais rien jusqu’à aujourd’hui ! [...] Donc, c’est décidé au nom de Dieu, demain "j’orienterai" ma chambre "selon le méridien" »
 
Mais à la fin du roman, cette boite se révèle être un piège, associé à Isaïs la noire :
 
« Ne vous est-il pas en effet venu à l’esprit qu’il existe une certaine analogie entre ce coffret et la robe terrestre qui habille notre bien aimée princesse noire ? »
 
Dans les Noces Alchimiques de Christian Rose-Croix, le héros passe sans cesse de l’affiction à la joie et ce qu’il prend pour des punitions qui lui sont infligées se révèlent finalement être des bénédictions. Il en va de même dans les romans du Graal de Chrétien et Wolfram [1] :

- Kundrie la sorcière hideuse qui maudit Perceval est aussi d’une grande noblesse, une messagère du château du Graal.
- L’orgueileuse de Nogres insulte Gauvain sans relâche et pourtant, elle est sont initiatrice et le guide d’épreuve en épreuve jusqu’à la victoire. Elle change alors du tout au tout et accepte de l’épouser. [2]
- Le chateau de la merveille, avec ses trois épreuves et la salle magique au sommet de l’escalier en spirale ressemble à s’y méprendre au temple de l’initiation des Noces Alchimiques. Mais c’est aussi le chateau construit par le mage noir Klinshor
 
Les maîtres eux-mêmes utilisent tout un ensemble d’artifices afin de placer le héros dans une tension psychologique extrème. Ainsi, le sage Trévizent avouera à Perceval qu’il lui a menti lors de sa première visite, quand aux mystères du Graal, afin de le pousser à la limite ( Pazival livre XVI).
La révolte du Héros, qui semble folie, est finalement le feu purificateur qui va brûler tout l’ancien dans son être :
 
Mais Perceval parle tout autrement... [3] (chrétien de Troyes)
"Que je sois Maudit" s’écrie Pazival, "Qui est-il ce Dieu tout puissant ? S’il avait le moindre pouvoir, nous ne serions pas ainsi couverts de honte ! En vérité, il doit être bien faible. Ainsi, je renonce à le servir. Qu’il me haïsse, je braverai sa haine (Parzival livre VI)
 
Wolfram avait pourtant bien prévenu ses lecteurs que suivre ce chemin mobiliserait toutes leurs qualités :
 
« Celui qui veut tirer profit des enseignements de ce livre ne doit pas s’étonner que des éléments contraires y soient mis en lumière. Il doit apprendre tantôt à fuir, tantôt à poursuivre, tantôt à éviter, tantôt à affronter, tantôt à blâmer, tantôt à louer. C’est seulement en celui qui appliquera à fond toutes ces possibilités que la sagesse s’épanouira. »
 
Jan Van Rijckenborgh quand à lui commente :
 
« La porte est étroite, aussi est-il exigé de l’élève un comportement aux principes rigoureux et sévères, non par pénitence, non pour forcer la lumière dans un état du sang encore obscur, mais comme une clé donnant accès à l’autre règne. La voie est étroite, non pas pour que vous ne passiez qu’à grand peine ou pas du tout, mais parceque la voie étroite est la signature du chemin. Mais pour celui qui démontre le nouveau comportement, le chemin étroit devient aussi large que l’aurore. »
 
Et chrétien de Troyes l’illustre par une image qui a marqué les consciences : un pont constitué d’une épée sur le fil de laquelle le héros doit passer pour entrer dans l’autre monde. [4]

Notes :

[1] Ce qui n’est pas le cas dans bon nombre de continuations ou dans la "queste du graal" où le héro suit une ligne de conduite unique et uniforme. Tout écart est un signe de faiblesse, un péché à expier. Il faut reconnaître que celà rend la lecture plus facile

[2] L’épreuve du Gué périleux trouve d’ailleurs son pendant dans l’ange à la fenêtre d’occident : Lipotine offre au héros une méthode d’initiation qui est en fait mortelle. Il se montre très surpris en voyant qu’il a survécu : "Celui qui ayant osé et réussi celà est encore vivant dit Lipotine stupéfait, celui-là a vaincu la mort"

[3] Voir le détail sur ce passage à la fin du premier article sur le mystère du sang

[4] Le chevalier à la charette


contactez-moi | Plan du site | ©2006-2007 Yoann LAMY