La prière des noms de Dieu

Dans la même section


Le Mystère du Sang (III)

Qu’est-ce que l’initiation ?

Chrétien de Troyes

Deux visions

Le Soleil et la Lune

Le fil du rasoir

Wolfram von Eschenbach

Note d’intention

« Perceval lui donne son accord et l’ermite lui enseigne à l’oreille une prière qu’il lui fait répéter jusqu’à ce qu’il la sache. Cette prière contenait bien des noms de Notre Seigneur, les meilleurs et les plus terribles, ceux que ne doit prononcer une bouche d’homme qu’en péril de mort. Une fois qu’il la lui eut enseignée, il lui interdit de la prononcer en aucun cas, sauf en grand péril. "Je n’y manquerai pas seigneur " dit-il. » [1]
 

C’est là le dernier épisode du conte du Graal concernant Perceval, toute la suite du roman rapportantles aventures de Gauvain. Il a donc fallu, pour de nombreux commentateurs, expliquer en quoi la connaissance de cette liste des noms de Dieu peut constituer l’aboutissement de la quête du Graal.
Paule Le Rider [2] rappelle quant à elle que de telles prières n’avaient rien d’exceptionnel au moyen-âge, et il se peut bien qu’elle ait raison [3]. On trouve déjà dans l’Ancien Testament des sentences du type : " Et il se fera, que quiconque invoquera le Nom de Seigneur, sera bienheureux. "(Joël).
 
Mais même si cette prière des noms de Dieu n’à rien d’incroyable dans le contexte du conte du Graal, elle renvoie néanmoins à un fait spirituel tout à fait grandiose, qui a tellement marqué les consciences que les Saint Noms sont invoqués à tord et à travers dans le monde entier. Les anciens initiés parlaient du Nom inexprimable de Dieu, un Nom qui se composait exclusivement de consonnes [4] et les anciens mystères nous rapportent que prononcer ce Nom n’était possible que par ceux-là qui avaient appris comment le prononcer.
 
S’il vous arrivait de chercher l’exacte image sonore mantramique du Nom inexprimable de Dieu, nous pouvons vous dire avec certitude, que vous pourriez chercher indéfiniment sans jamais la trouver. Car nous sommes si familiarisés avec la fonction du larynx et les pouvoirs créateurs qui y sont reliés, que dès que nous pensons "prononcer", nous pensons à la voix et au larynx.
Peut-être pensez-vous alors que ce nom de Dieu est une image-pensée. En effet, une pensée peut-être projetée ou envoyée. Ou bien pensez-vous à une série de sentiments que l’homme peut développer sans que le larynx y prenne la moindre part active. Mais ce n’est pas en ceci non plus que gît le secret de la prononciation du Nom inexprimable du Seigneur.
Il s’agit, en cette circonstance, d’un " état d’être ", d’une réalité de vie, qui doit être atteinte et réalisée. Il s’agit, en ce qui vous concerne, de la somme totale de votre état de vie à un moment déterminé de votre existence, d’un comportement de vie. Le personnage de Perceval dans le conte du Graal figure cet état : lorsque l’homme a traversé beaucoup d’épreuves et que son être a été suffisamment purifié, son être entier engendre, comme résultat global, un son déterminé, une vibration déterminée.
 
Eh bien ! Ce ton, cette vibration, c’est la prononciation du Nom inexprimable de Dieu. Ce qui émane de la profondeur la plus profonde de notre être, peut-être l’invocation du Nom du Seigneur.
Si cette chose dépendait de nos pensées, ou de nos sentiments, ou de nos paroles, qu’au long des temps nous faisons résonner dans l’espace, nous aurions déjà, pour le moins, cueilli toutes les étoiles du ciel.
Mais il n’en va pas ainsi : car l’être tout entier doit devenir conforme à ce que l’exigence demande d’un candidat se trouvant sur le Chemin libérateur. L’élève y satisfait-il, alors la vibration de base vient d’elle-même.
 

Notes :

[1] Le conte du Graal, v6481-6492

[2] "Le chevalier dans le conte du Graal" - SEDES 1978

[3] Dans ses notes à l’édition de la pléiade, Daniel Poirion précise que le nombre de noms de ce type de prières varie suivant les traditions : 56 ou 72 noms. Ces chiffres fournissent bien sûr une indication Kabbalistique : ce n’est pas hasard si on trouve déjà ce chiffre 72 dans les tout premiers messages chrétiens tels la fameuse inscription d’Aberkios.

[4] On parle aussi des sept lettres du nom de Dieu. Seules les quatre consonnes sont connues : JHVH et il faut trouver les trois voyelles qui permettent de prononcer ce nom afin qu’il acquière toute sa puissance


Forum

contactez-moi | Plan du site | ©2006-2007 Yoann LAMY