Un avertissement sur le chemin

Dans la même section


Le château d’où l’on ne revient pas

Chrétien de Troyes

La prière des noms de Dieu

La mystérieuse vertu de Galaad

Qu’est-ce que l’initiation ?

Le rapport à la communauté initiatique

Le Soleil et la Lune

La racine et le surgeon

La partie du conte du Graal concernant les aventures de Gauvain et notamment toutes les aventures dans le pays de Galvoie, contient pour nous le coeur de l’enseignement initiatique du conte. Un certain nombre d’épreuves que rencontre Gauvain sont comme des avertissements au candidat qui suit lui aussi le chemin qui mène à la transfiguration.
 

Ainsi, lorsque Gauvain veut aider l’orgueilleuse de Logres à monter à cheval, celle-ci le rabroue :
 
"Non dit-elle. Puisse Dieu ne te laisser conter en nul lieu où tu viendras que tu m’aies tenu en tes bras ! Si de ta main nue tu avais touché chose qui fut sur moi, et n’eusses-tu même fait que m’effleurer, je croirais être honnie (...) Va où tu voudras, Je te suis fidèlement, mais ni à mon corps ni à mes vêtements tu ne toucheras de plus près."
 
Cette scène n’est pas sans rappeler certains épisodes des évangiles où Jésus s’indigne de ce que l’on ai touché son manteau. Cet avertissement est en fait présent dans de nombreuses traditions initiatiques. On le retrouve par exemple dans le Tao Te King :
 
Ne touche pas au vase plein
Ne touche pas au tranchant de la lame
Ne cherche pas à conserver la chambre emplie d’or et de pierres précieuses

 
Ce Vase, c’est la coupe du Coeur, le Graal. Le vase est plein, plein de la force de l’accomplissement.
Qui veut accomplir en soi la transfiguration, doit entamer un processus de transmutation alchimique. Il est impossible qu’un tel processus débute sur la base d’un intérêt banal ou d’une simple décision. Pour mettre en action semblable phénomène, faut que soient créées des conditions bien particulières. Cet ensemble de conditions constituent une force qui va agir dans tous les recoins du microcosme [1].
 
Dans les noces alchimiques de Christian Rose-Croix, cette force est représentée par la Vierge Alchimia ; dans le conte du Graal, par l’orgueilleuse de Logres.
Mais attention, car la nature est extrêmement dangereuse pour l’atome originel. Le fils de Dieu n’est pas votre moi. Votre conscience ordinaire, même élevée au plus haut point, n’a rien à voir avec lui. Votre moi est une conscience robot, incapable de libération. Vous provenez d’un microcosme qui renferme l’être divin. Et le Tao Te King vous dit : "Veuillez, je vous prie, ne pas toucher de vos mains ce vase plein !"
Cette coupe du Graal est emplie de la pure Eau vive. Rien de ce qui appartient à la nature impie ne doit ni ne peut l’approcher. Veuillez vous en tenir à l’écart, en reddition de vous-même absolue.
 
"Je prie Dieu qu’il me donne aujourd’hui de te voir dans l’état que je te souhaite, et quelle joie j’en aurais ! Va où tu voudras, Je te suis fidèlement, mais ni à mon corps ni à mes vêtements tu ne toucheras de plus près."

Notes :

[1] Et on peut retrouver la description de ce processus de préparation dans les aventures qui précèdent l’entrée au pays de Galvoie.


contactez-moi | Plan du site | ©2006-2007 Yoann LAMY